TO GAY OR NOT TO GAY ?


Le 10 novembre prochain est prévue dans les rues de Jerusalem la fameuse GAYPRIDE qui suscite tant de réactions et de polémiques. Programmée initialement début aout, la grande fète de nos copines homos fut reportée pour cause de guerre.
Ce ne fut que reculer pour mieux sauter(pardon..); nous voici donc a quelques jours de ce grand carnaval.Que penser?
Provocation inutile de la communauté gay? intolèrance de la part des religieux?
Toujours est -il qu'un vrai conflit est en train de naitre et ce n'est pas fini...

Les drag-queens israeliennes ont-elles poussé le bouchon un peu loin en souhaitant parader a moitié a poil dans les rues de la ville sainte?
Ou bien doit-on s'indigner devant tant de violence verbale de la part de nos barbus conservateurs?
j'avoue ne pas bien savoir....a vrai dire , c'est sur que tout cela aurait pu etre evité.

J'aimerais ici ouvrir le débat avec vous. POUR ou CONTRE et pourquoi?

Les commentaires sont ouverts ainsi que ce petit sondage placé en haut a gauche.

Alors, lachez vous...bande de coquines.....!!!! (dans le respect et la bonne humeur)

8 commentaires:

Pinkinha said...

Hello

I have to say that i am in favor, but i dont agree with de adoption of childrens of gay couples. It´s a complicated issue.

Kisses from Portugal

SCARLET said...

Je suis contre , absolument ! c'est de la provocation !Nous avons le droit d'être comme nous sommes : homosexuels ou hétérosexuels , mais dans la discrétion ,la pudeur, et la dignité .
Je suis une femme très émancipée, avec des idées larges; j'ai moi-même un jardin secret -vraiment secret-, je n'éprouve pas le besoin d'afficher mes sentiments ni mes goûts sexuels .Cela doit rester dans le domaine privé et personnel. Je suis pour le respect et la liberté de chacun et chacune, avec pour mot d'ordre LA DISCRETION ! ! !

WILLIAM de marseille said...

LA GAYPRIDE,une fois dans sa vie, just for fun !!!MOI,en motard,des village people ,QUEL TABAC !! Tout ca, O.K ...à rio,à athènes,à ibiza .MAIS PAS A JERU ,pitié avec tous les barbus ,on ne va plus savoir qui est qui,et qui est quoi ! Bref, evitez l'amalgame mais tentez le coup à....TEHERAN par exemple.

Ariane said...

salut Alain ! la Marche des fiertés à Jérusalem ou à Knock le Zout, çà reste une marche des fiertés : au mieux, un défilé revendicateur et assumé et ... au mieux, une après-midi de liesse, de couleurs, de musique, de délire et de fiesta mémorable. Au fait, Jérusalem, c'est bien la ville de la paix, non ?
ps : Alain, je te refile le soin d'écrire la minute violente à toi. C'est comme une grande chaîne de l'amitié virtuelle, où le but du jeu est de se défouler. Mes 60 secondes sont sur mon blog, elles m'ont été offertes par Pierre Cattan, qui lui a même a eu droit à un petit cadeau de la part de Folie Privée. A toi de jouer !

Byalpel said...

j'aime bien la remarque de Scarlet.

J'ai bien peur que ce défilé soit plus une provoc qu'une fierté.

Remettre en cause cette parade n'est pas remettre en cause l'homosexualité. Et c'est vrai aussi qu'on aurait aimé garder Jéru aussi sainte que possible.

Ouais tu l'as dit c'est compliqué tout ça. Mais bon s'il faut faire un choix, alors je dis non.

titiparis said...

Ce qui est complexe c'est le mélange à la fois de fête exubérante et de revendications plus serieuses/graves (lutte contre l'homophobie, droits des couples homos...). Je trouve que la provoc vers le quartier ultra orthodoxe de Jérusalem n'est pas vraiment utile (ni efficace), mais sans doute que cette manif doit pouvoir se faire n'importe où et précisemment tant qu'elle pose problème. Le jour où ça ne sera plus le cas, j'imagine qu'il n'y aura moins besoin de faire une gay pride...
N'y voir qu'une question de préférence sexuelle est une bonne façon d'ignorer les injustices, actes homophobes et préjugés liés à ces différences et les dissimuler sous une couche plus acceptable appelée discretion.

Guillaume Barry said...

La première Gay Pride fut une protestation contre et les interdictions légales en général et le harcèlement des gais par la police en particulier. A quoi le mot "pride" répondait qu'il y n'a pas de honte à être homo (or en 2006, à l'heure du PaCS, p..é ou enc. sont toujours des insultes courantes. Depuis, les Prides ont ajouté un côté festif voire carnavalesque. Personne ne parle de "provocation" à propos du traditionnel carnaval de Rio, avec ses tenues et ses poses qui rivalisent en torridité.

Les hétéros n'ont pas besoin d'afficher leurs goûts. Ce sont ceux de la majorité et personne ne les leur conteste. La plupart des homos optent pour la discrétion. C'est la majorité de ceux qui défilent dans une Pride, mais on (les médias) ne les voit pas. D'autres réagissent par l'humour, la dérision et la créativité aux opprobres aux interdits, aux tabous.Ce sont eux dont l'image est associée à une Lesbian & Gay Pride.

François Brutsch said...

Je comprends William: il est clair qu'il est plus nécessaire de lutter pour le droit à la vie des gays et lesbiennes à Téhéran qu'à Jérusalem. Mais la différence devrait se marquer précisément par le fait qu'une Gay Pride est possible à Jérusalem. En espérant qu'elle mettra en avant la situation dans le monde arabo-musulman (bon, ça non plus ça n'est probablement pas très fin...).

Sur la notion de ville sainte : que je sache, Israël est un Etat laïc, le pays du peuple juif pas de la religion juive. Des catholiques avaient aussi utilisé l'argument pour tenter d'empêcher une Pride à Rome; vivement une Pride à La Mecque, même si ce n'est pas demain la veille.