LA LEGENDE ABBA


Vous allez dire que je regarde trop la téloche !...c'est un peu vrai.
Hier soir donc , après avoir regardé les infos en hébreu , en francais sur France2 puis en anglais sur FOX (overdose de mauvaises nouvelles...), je finis par tomber sur un documentaire passionant sur ABBA. Ce groupe phare des annèes 70.
Je dois l'avouer: je n'ai jamais été le plus grand des fans.Et bien qu'ayant dansé ( je fus jadis le Travolta de la butte Montmartre.) dans ma petite adolescence sur leurs tubes ; je ne savais pas grand chose d'eux. ABBA, quel groupe ! quelle musique !! ah bon?

Et bien hier soir, j'ai pris le temps de les découvrir et je suis tombé sous le charme !
Le charme infini de ces quatres doux suédois qui ont traversé la gloire comme des météores et ont vendu plus de 350 millions de disques.
Je fus séduit aussi par leurs histoires personnelles, leur vie de couple, leur divorce et enfin leur séparation.
Mais le plus surprenant fut de decouvrir leur musique riche en vraies et belles mélodies, de la musique populaire ,un brin disco tout simplement pleine de vie et sans prétention.
Des chansons fraiches comme des biscottes suédoises posées sur une nappe à gros carreaux rouges, un matin de printemps ,au bord d'une rivière de notre enfance.

J'aime ces destinées a part,ces gloires impalpables ,ces montées au ciel et ces redescentes parmi les humains.Ces artistes qui atteignent les sphères de la celébrité, loin de toute realité et se retrouvent quelques années plus tard tels de simples péquins vieillis qu'on ne serait meme pas surs de reconnaitre si on les croisait dans la rue.
Je suis interpellé par ces destins hors du commun qui n'ont plus besoin de travailler et vivent sur les rentes de leur création pour le reste de leur existence.
J'aime réver....
Thank you fo the music:


f

3 commentaires:

Sheep said...

I love Abba! :o)

Guillaume Barry said...

ABBA fut au 20ème siècle ce que Mozart fut 18ème.Aujourd'hui, on les associe spontanément au disco, mais c'est un peu rédeucteur. Pour trois-quatre tubes disco magistraux (Gimme Gimme Gimme, Voulez-vous, Lay all your love), à tomber autant qu'à danser, il y a eu bien plus de titres qui relevaient de la pop. Dancing Queen, ironiquement, n'est pas, à strictement parler, du disco. Ce que j'ai appris récemment, c'est que le "son ABBA", ce son qui simplement rend heureux, et qui a fait leur gloire, est largement dû à leur arrangeur, resté en coulisses. Thank you for ABBA.

Jean-Marie Potiez said...

Bonjour,
Je tombe par hasard sur vos commentaires en surfant. Voilà enfin quelques personnes qui savent écouter et qui ont "quelque chose" entre les oreilles ! Oui, vous avez tout à fait raison : les médias (surtout en France !) ont toujours réduit ABBA à un groupe disco. Mais, qu'ont-ils à voir avec Village People, Boney M ou Gloria Gaynor ? Rien, si ce n'est quelques titres qui ont flirté avec le genre disco. Mais, quand ABBA faisait des chansons dansantes, elles n'avaient rien à voir avec les violons dégoulinants de Boney M ou Silver Convention ni les soupirs orgasmiques de Donna Summer. Oui, ABBA faisait de la musique pop, ils avaient un son immédiatement reconnaissable, de magnifiques arrangements musicaux et vocaux. Ils étaient des perfectionnistes. Beaucoup de leurs chansons restent intemporelles. C'est vrai que leur musique est gaie (gay?), pétillante et qu'elle donne la pêche immédiatement. D'ailleurs, en boîte, il suffit de jouer du ABBA pour que la piste de danse se remplisse immédiatement. Que de tubes en seulement huit ans de carrière ! Thank you ABBA!!!
Jean-Marie Potiez (biographe du groupe, auteur de plusieurs ouvrages en France et à l'étranger).