CROYONS ENCORE EN LA PAIX


Pour la première fois depuis bien longtemps on ne parle plus de paix au moyen Orient,
Il ya quelque jours , on célèbrait le 11 ème anniversaire de la mort de Rabin.
Une soirée émouvante qui mit en lumiere l'absence d'espoir et de perspective. David Grossman, l'immense écrivain mais aussi le père brisé y livra un discours bouleversant de verité.
Il nous parla de cet Israel embourbé dans ses contradictions internes et incapable d'envisager un futur décent.
Il fut un temps, pas tres éloigné de cela ou les faiseurs de paix se "frottaient" aux terroristes de tout bord.Ces derniers faisaient couler le sang mais les efforts de paix continuaient; on parlait alors de ces "extrémistes qui n'empècheront pas la paix des justes de se réaliser".
On savait pertinement qu'a la fin; les deux peuples finiraient par vivre l'un à coté de l'autre, dans deux états séparés ; qu'on le veuille ou non. Ce n'etait qu'une question de détails et de temps.
Mais les temps ,justement, ont changé et les extrémistes ont pris le dessus, ils ont brisé le processus de paix et pire encore l'espoir inconscient d'un peuple plongé dans le doute.
Une intifada a rallonge et une guerre sont passées par la, un terrorisme mondial au sommet de sa forme et un président américain qui joue au cow-boy primitif.Il y eu aussi l'arrivée d'un gouvernement Hamas peu enclin au dialogue et la disparation du roi Arik, dernier Roi d'israel.(lui aussi porteur d'un changement intérieur). Car ce qui fait cruellement défaut aujourd'hui c'est bien l'absence d'un leader, d'un homme d'état capable d'emmener son peuple sur une nouvelle route.Capable d'initier un changement de perspective pour le bien-etre des générations futures.
Rabin fut le dernier.
Non Rabin ne s'etait pas découvert un amour soudain pour le peuple palestinien, mais il avait compris la réalité; il avait saisi que ces deux peuples ne pourraient pas continuer a vivre ainsi éternellement; l'un dans la misère et le terrorisme et l'autre dans l'enfermement et l'occupation.Par humanisme ,Ytzhak Rabin avait su changer afin de remodeler une région au bord du précipice;
Barak en 1999; tenta bien lui aussi d'emballer la machine et de conclure mais il manqua de sagesse.Sa précipitation transforma son action en un gros coup de poker mal negocié.
Depuis ,c'est le néant...pas le moindre premier ministre capable de tendre la main ,de se tourner vers ces deux peuples à l'agonie et de crier haut fort STOP!
De dire : Asseyons nous, discutons et finissons en ! sans aucunes conditions préalables .
A Israel d'initier et de tenter ,oui,...c'est là son destin et son obligation envers nous tous et je dirais meme plus , envers cinq mille ans d'histoire du peuple du livre.
Pouvoir oser se tourner vers les palestiniens et s'adresser aux plus modéres d'entre eux; ils existent, il suffit de les chercher.
Il aura fallu une heure a Olmert pour déclencher une guerre.Pourquoi pas quelques jours pour s'asseoir autour d'une table?
S'attaquer au processus de paix avec la meme conviction et détermination que quand il s'agissait d'engager le pays en guerre il ya quelques mois de cela.
Les radicalistes de tous bords ont déja percu l'opportunité qui se présente a eux; ils contemplent la faille qui se creuse profondement chaque jour. L'iran,la syrie et d'autres se réjouissent de ce status-quo sanglant ou rien ne se construit et ou seul la peur et la terreur se fortifient sur un terreau si fertile et si propice a la haine.Cet espèce de no man's land indéscriptible d'ou ne s'élève aucune voix;ce silence absurde des médias et d'un peuple paralysé par la peur et la rancune.
Qui comprendrera que la violence en réponse a la violence ne mène a rien; et que les terroristes ne seront pas éliminés par la force; que pour un terroriste abattu , dix autres prennent les armes. Seule une prosperité retrouvée,un espoir renaissant et une misère maitrisée pourrait stopper la descente aux enfers.
Il nous faut continuer a croire encore en la paix, nous n'avons pas d'autres choix; ceux qui affirment le contraire mentent et nous préparent un avenir apocalyptique; ils doivent etre considérés comme nos énnemis.Y croire encore un peu; ce ne sera pas facile, surement mème encore sanglant et douloureux.
Mais il en va de de nos vies et de l'existence d'une nation.
A titre personnel, j'ai moi aussi envie de laisser mes doutes et mes incertitudes de coté pour redevenir a nouveau un soldat de la paix.
Pour les miens et pour le bien des autres.
Par devoir et par amour.
Apres tout , le bien finira par prévaloir, non?

5 commentaires:

Saoulfifre said...

J'le crois pas, je suis le 1er à commenter q:^)

Je voulais juste dire que c'est rare de lire ta position, et que ça me fait super plaisir. On pourrait croire que ce n'est pas le moment de parler ainsi, mais comme tu le dis, il suffit d'un leader déterminé à sortir du conflit par le haut...

Maintenant, ils ne veulent peut-être pas finir comme Rabin q:-( . Comme dit Chirac (que je cite mais ne soutiens pas) : "en matière de greffe de couilles, on manque de donneurs"

Anonymous said...

Bonjour,

Je vous lis depuis qq mois et je suis souvent d'accord avec vous ( sauf pour la gaypride, moi je suis pour à 99%)bref, je vous écrit pour soutenir votre appel.
Je sais que vous avez raison. Il faut faire changer les choses de force sinon on court à la catastrophe. sans etre un gauchiste béat ou fan de ces enfoirés de fascistes islamistes il faut absolument lutter pour faire venir autre chose.

Et à 100 % d'accord avec vous pour votre fils.

Rien ne vaut la mort de ses enfants, pas même un bout de terre si belle soit elle et si sacrée.

Je ne supporterait pas de voir mon fils à l'armée.Non jamais et c'est pourquoi aussi je ne peux me résoudre à vivre en ISRAEL alors qu'il n'y a que sur cette terre que je me sente bien.

J'ai fait l'armée, mon mari aussi et ce n'est pas ce que je veux pour mes enfants.

Je sais c'est horrible. Si tt le monde pensait comme vous et moi il n'y aurait plus d'Israel. Il faut juste réfléchir et trouver une solution.
myriam

chahid said...

Léon Tolstoï disait « Le royaume de Dieu est en vous... Vous êtes ce que vous faites de vous... Vous n'êtes pas libres parce que vous ne vous libérez pas... L'amour de la vérité mène au royaume de Dieu... » ce qui veut dire qu’Israël aurait dû rester dans vos cœurs car il est condamné tôt ou tard à perdre une terre violemment et impunément volée à ses propriétaires, les palestiniens. Vous étiez si bien intégrés dans vos pays d’origine et vous êtes venus chercher du vent au moment où les légitimes propriétaires de la terre étaient affaiblis par des années de colonialisme etc, le monde musulman se libère aujourd’hui et doit tôt ou tard récupérer ses terres l’une après l’autre ! Il faut être profondément réaliste pour présager ce qui va venir dans les 20 prochaines années ! La démographie de la région est un premier facteur à étudier, le reste à vous de le découvrir !

Byalpel said...

oui c'est un bien bon message Alain.

Je me pose quand même la question de comprendre quand céder relève de l'intelligence et quand céder relève de la bêtise... Je posais cette même question quand, à la fac, des mecs nous demandaient de discuter fraternellement avec... le GUD !!! (mouvement étudiant d'extreme droite composé de skin heads).

Il y a un temps pour la discussion qui doit être priorisé, recherché, conservé. Et parfois (tu l'avais dittoi meme pour le liban, cf. tes articles de l'époque), il faut savoir sévir. Intelligemment certes, mais sévir.

Quant à chahid, il a pointé du doigt le pb : la démographie. Une solution ? Faire entrer Israel dans l'Union Européenne !! (on peut rêver)

Léviathan said...

Je sens qu'Israël est fatigué de faire la guerre pourtant il se lève devant cet État une force nouvelle, l'islamisme, qui n'a pas encore usé toutes ses cartouches.

D'accord avec vous, il faut tendre la main aux Palestiniens modérés mais il faut combattre avec eux le Hamas et le Djihad Islamique. Armer l'OLP contre les terroristes, faire la paix avec l'OLP et satisfaire leur revendications, toutes sauf Jérusalem-Ouest, le Mur occidental et le "droit de retour" des réfugiés en terre d'Israël... bref, les paramètres de Genève!